Revenir en haut
Aller en bas



 

Jeu 26 Avr - 21:11



" Petite Citation ~ "


Nom : Amstrong

Prénom :Rika

Age : 324 ans

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle

Race : Ombre

Clan: Carreau

Rang : 10

Métiers: Tatoueuse et perceuse

Provenance de l'avatar : Ashley - kopianget


Pouvoir

Transformation des ombres : Rika peut, par le simple pouvoir de sa volonté, détacher et appropriée l'ombre projeté par de la masse non vivante afin de la remodeler et d'en faire ce qu'elle désir. Elle s'en sert souvent pour canaliser l'ombre en dessin et ou en tatouage (sur du papier ou de la peau) qu'elle doit repasser afin de créer un motif plus intense et précis.
Elle est limitée par le temps et la quantité d’ombre, elle ne peut pas non plus la rendre palpable. Plus le motif est petit plus elle pourra tenir longtemps, entre 3 et 4h, le temps d’un tatouage assez conséquent. Et elle devra restituer l’ombre à sa masse après utilisation ou après le temps écoulé. D’ailleurs généralement dès qu’elle a tatoué à l’endroit voulu, l’ombre rejoint d’elle-même sa source, ceci est possible grâce à 3 siècles d’entrainement.

Disparition des ombres : Elle peut, comme toute ombre, se fondre dans les ombres. Mais comme elle ne maitrise pas trop ce dont et qu’elle ne peut pas y transporter d’objet, elle se retrouve nue après chaque passage dans le monde obscure. Donc elle ne l’utilise pratiquement jamais, uniquement si elle est réellement en danger.



Physique

Mesurant 1mètre 62 pour 74 kilos, Rika est une petite boule remplie d’amour et de timidité. Sa compassion se lit sur son visage rond et pourtant féminin. Même si elle se donne des allures de garçons manqués, elle est belle et bien une femme et s’assume comme tel. C’est juste que comme elle aime le dire, les trucs de fille ce n’est pas pour elle. Donc même si elle se sent femme, elle s’habillera plus volontiers avec des gros pulls ainsi que des pantalons larges, ceci est aussi fait pour cacher ses rondeurs qu’elle n’assume pas totalement. Elle a effectivement quelques poignées d’amour adorable, mais qu’elle préfère renier sous une tonne de vêtements. Au niveau poitrine, elle n’a rien d’exceptionnel, devant faire du C de taille de bonnet. Elle a juste un tatouage assez complexe qui part de son cou et qui part entre ses seins, mais ce dernier est toujours caché, personne ne l’a encore vu. C’est un entremêla de fleurs de lys et de courbes harmonieuses tout simplement. Pourquoi la fleur de lys ? Tout simplement car elle représente l’emblème de l’innocence et de l’amour pur ainsi que, via son passé royal, la noblesse des sentiments.

Pour rester sur sa peau, elle est plutôt claire et douce et n’a aucune marque particulière en dehors du tatouage décrit un peu avant. Elle a des cheveux plutôt courts rouge et noir, souvent coiffé en bataille car elle n’est pas du genre à se coiffer parfaitement et ils s’emmêlent facilement, ce qui n’est pas pratique et à force elle a abandonné de lutter contre eux. Elle a des yeux sombres, de couleur noire avec quelques touches de gris, qui donne une intensité à ses iris. Elle porte également des lunettes, ayant une vue moyenne, elle s’est souvent posé la question de "pourquoi" ? Mais avec le temps elle s’est dit que ça devait simplement être son âme qui était en quelque sorte aveuglée et qui était perdue. C’est la seule raison qu’elle a trouvé et elle porte donc de jolies lunettes avec une monture rouge qu’elle remonte régulièrement sur son petit nez rond. Elle porte également beaucoup de bracelets et bagues, les bracelets sont là pour cacher les marques qu’elles a aux poignets, marque de coupure qu’elle a emporté jusque dans sa tombe. Petit touche amusant, elle a les ongles teint en noir naturellement, ce qui est du à sa race d’ombre.


Psychologie

Un brin rêveuse, elle a un caractère plutôt introverti et une intelligence hors norme dont elle ne se sert absolument pas. Elle ne s’ouvre pas facilement aux autres malgré ses apparences sociables. Elle ne se montre jamais au vrai jour de peur qu’on la blesse à nouveau, du coup elle reste discrète et timide. Mais il y a des exceptions, si ça parle dessins ou tatouages, elle sera la première à ouvrir la bouche et à partager son expérience, sans oublier bien sur d’écouter attentivement les autres. Empathique, elle se met très facilement dans la tête des autres, imaginant ce qu’ils vivent, et fera tout pour les aider sans se soucier de sa sécurité. Elle ne réfléchit pas vraiment quand quelqu’un est en danger et agit directement, l’on pensera aux conséquences plus tard comme elle le dit toujours.

Son petite péché mignon est les sucreries, c’est ce qu’elle préfère, surtout celles à la fraise, en réalité que ce soit du lait fraise, ou des bonbons, elle le mangera, même si elle n’a pas faim. Elle a également énormément d’imagination, elle ne sait pas d’où elle sort. Plutôt passive, elle peut paraitre aux premiers abord déprimée, mais elle n’a qu’un seul souhait, continuer à vivre dans ce monde. Ceci peut sembler étrange, mais elle a le sentiment que cette "vie" ci est bien meilleure que l’ancienne. Selon les indices qu’elle a sur sa vie passé, elle s’est suicidée et certaine très jeune, mais c’est tout ce dont elle se souvient. Et pour rien au monde elle ne voudrait se souvenir du reste. Elle est à présent heureuse, sans attache, sans personne à qui tenir et qui pourrait lui faire du mal au niveau émotionnel. Elle passe son temps à dessiner et à tatouer, il faut dire qu’elle a un certain talent. Elle reste quelqu’un dans le fond d’attachant, à l’écoute des autres c’est facile de l’apprécier. Elle a le don naturel de réunir les gens.



Histoire

Dans son monde :

Née dans un monde et une époque où la technologie était assez avancée, Erika était une enfant des plus simples et des plus normales. Elle est née, comme tout le monde dans une éprouvette avant d’être rendue à ses parents biologiques. Dans cet univers les mères ne tombaient plus enceinte, tout n’était fait que par la science qui primait sur tout le reste. Erika n’a jamais compris vraiment pourquoi, trouvant cela des plus débiles et des plus froids. Et pourtant la raison était des plus simples… la productivité. Une femme qui aurait un enfant, devrait se mettre en arrêt maternité, tandis que dans ce monde là non. Elles continuaient à travailler et à s’acharner pour le bien du peuple. Ses parents n’étaient pas très riches et faisaient tous les deux un travail alimentaire. Ils avaient du économiser énormément pour avoir une fille et ils en étaient fiers. Je ne vais pas entièrement vous décrire le monde d’où elle provient, tout ce que vous avez à savoir c’est tournait uniquement grâce à l’argent et au travail.

Erika grandit bien, elle s’en sortait bien à l’école et fit même des études de droits via une bourse, ce qui soulagea énormément ses parents qui étaient plutôt pauvre. Mais voilà, elle ne s’est jamais sentie entière. Le vide l’habitait éternellement. Pas d’amusement, pas de temps pour les passions… il fallait juste rencontrer un homme de bon partit si possible et se marier avec pour à son tour avoir des enfants et les faires ensuite étudier et travailler. C’était ça… et uniquement ça le train de vie !

Elle le supporta un temps, faisant de son mieux pour suivre le rythme, mais une forte dépression était ancrée en elle depuis bien longtemps sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle était si intense qu’elle faisait partie d’elle-même, comme une ombre qui la suivait. Ses études se passaient pourtant bien, avec son intelligence elle n’avait aucune difficulté à comprendre quoi que ce soit. Tout lui semblait simple, mais ceci ne l’intéressait vraiment pas dans le fond. Elle se mit donc à arrêter d’étudier et décida d’accorder plus de temps à sa passion ; le dessin. Elle se mit alors à dessiner en court, chez elle, dès qu’elle en avait l’occasion, ceci la rendant un peu plus joyeuse et la maintenant hors de l’eau. Mais ses camarades commençaient à mal la voir. Car oui elle était le mouton noir de la classe. Il fallait se plier aux règles.

C’est là que son enfer commença… Ses camarades commencèrent à se moquer d’elle, elle était devenue sans s’en rendre compte le souffre douleur de la classe… que dis-je, de l’université. Vu qu’elle était un peu ronde et qu’elle n’avait pas un physique de bimbo… Ce fut rapidement un sujet de moquerie. Elle retrouvait ses affaires dans des arbres ou dans des fontaines. Son cassier était souvent ouvert ou tagué par des insultes qu’elle devait nettoyer elle-même. Ses parents commencèrent également à la critiquer, la fierté s’était transformée en remontrance et en déception. Elle ne savait plus que faire… Son père s’était mit à boire et devenait de plus en plus violent, sa mère était sous antidépresseur et ne faisait plus rien pour protéger sa fille. Sa vie était devenue un enfer. Elle commença alors à se mutiler les poignets, cachant le tout par des bracelets assez épais. Elle imaginait que l’université aurait été un endroit plus sain, plus serein. Mais non ses camarades étaient visiblement immatures. Ils commencèrent à la frapper, la bousculer et à l’attaquer physiquement. Tout cela pour des dessins !

Elle détestait ce monde qui était le sien. Elle rêvait d’autres univers, d’une autre vie. Elle finissait en larme chaque soir, elle n’en pouvait absolument plus. Puis vint la chose de trop ! Après la fin des cours des filles de sa classe, se sont amusée à la frapper plus violement que d’habitude et à déchirer ses vêtements. Elles l’ont emmené dans un terrain abandonné un peu en dehors de la ville, pour la pousser dans un vieux puits abandonné. La chute fut douloureuse, et elle se ramassa son sac en pleine figure alors qu’elle essayait de se relever. Elle entendit les filles ricaner au dessus d’elle avant de partir. Les rires s’éloignèrent et elle s’accroupit au fond de cet endroit qui ressemblait au fond à un abri pour elle. Elle se mit à pleurer pour faire évacuer la tension et tout ce qu’elle ressentait depuis le temps. Après une bonne demi-heure, elle essaya enfin de sortir de son trou, mais impossible de remonter la paroi glissante. Elle se mit donc à hurler de tout son souffle espérant que quelqu’un vienne à son secours. Mais personne ne vint et elle finit par s’endormir. Le soleil se leva alors, elle avait la bouche sèche et mal au ventre à cause de la faim. Elle se remit à hurler espérant encore et toujours de l’aide, mais personne à l’horizon. L’enfer dura encore et encore, elle resta coincée ainsi toute la journée, ses émotions faisant les montagnes russes. Elle cru devenir folle à force. La nuit tomba à nouveau, elle n’avait plus de voix pour crier, pour appeler de l’aide. Elle espérait qu’on la recherchait, que l’on la retrouverait.

Une autre nuit… une autre journée. Elle n’en pouvait plus ! Elle passait son temps à essayer de grimper à se dégager de là. Elle était de plus en plus honteuse de la situation et elle était à bout de force. La nuit était fraîche elle était totalement gelée, c’est alors en tremblant qu’elle saisit les lames de rasoir qu’elle cachait toujours dans son sac et qu’elle se tailla les veines sans hésiter. De toute façon le froid avait anesthésié sa peau, elle ne sentait plus rien, ni mentalement, ni physiquement. Elle s’écroula dans une flaque de sang… Ce jour là le soleil se leva, au contraire d’Erika qui elle ne se relèvera plus jamais…

Dans les limbes :

La jeune femme se réveilla dans un long couloir, sans rien comprendre, elle se sentait plus ou moins bien. Sans hésiter elle avança à l’intérieur de ce dernier jusqu’à une porte. Le silence. Elle l’ouvrit. Toujours aucun bruis. Puis un homme, seul, se tenait devant elle. Il lui expliqua où elle était, ce qu’il se passait, elle prit ceci comme des règles d’un jeu. Elle les accepta. Puis vint la question, veux-tu rester dans ce monde ou m’offrir ton âme. Elle hésita quelques minutes avant de refuser d’offrir son âme et rester dans ce monde, elle voulait tester de vivre une nouvelle fois. Mais ce moment d’hésitation lui valu une transformation douloureuse en une créature qu’elle ne connaissait pas, elle devint une ombre. Pour elle la douleur était surtout subjective et lui donnait l’impression d’être plus vivante que morte. L’homme la regardait en souriant, elle baissa les yeux, honteuse d’être assise au sol encore pliée en deux. Vu qu’elle ne se relevait pas, il vint l’aider sans un mot avant de lui parler des clans et du reste. Elle hésitait un peu mais finit par choisir le clan de carreau, le courage, c’est ceci qui l’attirait à l’intérieur de ce dernier. Elle était persuadée qu’il lui en manquait. Balthazar lui proposa alors de changer de nom, nom qu’elle se souvenait parfaitement, au lieu d’Erika elle se nommera Rika. L’homme sans un mot, la regarda partir, sans comprendre où elle allait, elle marchait, comme guidée par un fil invisible qui la tirait là où elle devait être. Elle arriva alors au clan de Carreau où l’on l’accueillit assez bien. On lui proposa plusieurs possibilité pour ses débuts, personne n’abandonnerait l’un de ses membres, ceci était sur et certain !

Elle commença par devenir servante auprès du roi et la reine, voulant s’accoutumer à la vie et aux coutumes de là-bas. Puis elle réfléchit à ce qu’elle souhaitait vraiment faire, se souvenant de sa passion pour le dessin. Elle se mit alors à passer son temps à dessiner en oubliant même son travail. Elle reçu plusieurs remontrances et finit donc par quitter ce job ayant une toute autre envie. Elle alla dans le salon d’un tatoueur réputé. Elle s’imposa alors pour la première fois de sa vie et de sa mort. Elle lui dit clairement :

- Je veux devenir votre apprentie !

L’homme, austère, refusa immédiatement, comment une gamine comme elle pourrait-elle devenir tatoueuse. Elle accepta alors et revint le lendemain. Toujours la même réponse. Le lendemain elle revint encore et encore jusqu’à qu’il accepte de lui faire passer un test. Il lui demanda de dessiner la pire monstre qu’elle pouvait imaginer. Elle s’exécuta. Il fut littéralement impressionné de son talent et l’engagea immédiatement. Il lui apprit les bases et fut surprit de son talent naturel. Il mit à peine quelques mois à tout lui enseigner et il l’engagea à plein temps comme tatoueuse et perceuse. Elle avait plus de difficulté pour percer les gens, mais l’habitude vint rapidement. Elle passa bien 100 ans avec cet homme avant que ce dernier ne retrouve ses souvenirs et ne disparaisse des limbes. Elle prit donc le relais en tant que patronne du salon, travaillant alors seul jour après jour, ce qui ne lui permit pas trop de s’ouvrir aux autres. Elle devait également faire le deuil de son maitre. Les 174 ans autres années se passèrent calmement. Elle tatouait et perçait à son rythme s’isolant de plus en plus et se forgeant une bonne réputation. Aucun lien affectif, à part une ou deux amies sans grande importance pour elle. Les seules personnes qu’elle côtoyait réellement étaient ses clients. La voici à présent prête à vous accueillir avec un petit sourire triste et bienveillant.




Pseudo : Zayshin

Age : 26 ans

Comment avez-vous connu le forum ? Le mien

Un petit commentaire ? =3

Code du règlement :


©️️Eikyuu - épicode

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Avr - 21:28
Tu es Validé!

Pour commencer, Bienvenue à toi au sein d'Inferno! Nous espérons que tu t'y plaira et que tu trouveras de quoi étancher ta soif de rp. Nous sommes ici pour te dire tout simplement que ta fiche a été validé par le Staff. Tu fais donc désormais partie du clan du Carreau, n'hésite pas à prendre contacte avec tes semblables afin d'entamer un rp ou entreprendre des liens. Mais avant cela, tu vas devoir faire quelques petites choses:

- Recenser ton avatar ICI
- Demander un lieu d'habitation ou autre ICI
- Si ce compte est un DC, merci de le recenser ICI
- Pour les demandes de RP ça se passe ICI
- Et pour les demandes de liens ICI directement dans ton journal de bord. Ce dernier est facultatif.

Je te souhaite encore Bienvenue sur le forum!

Cordialement le Staff


©️️ klyps


Nécromancien
avatar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The evil world :: Gestion du personnage :: Présentation :: Fiches Validées :: Le Clan de Carreau-