Revenir en haut
Aller en bas



 

Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar]

 :: Neutrum Terram :: Habitations :: Résidence Densetsu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 3 Avr - 0:12
Si long. Si injustement long. Si cette demeure, bâtie selon mes propres souhaits pouvait en refléter le moindre aspect, il s’avère que je ne l’ai jusque là foulée qu’en témoignant un triste intérêt. Savoir que je peux dormir en paix dans un monde ou la paix demeure ironie. Ce sentiment familier m’a toujours suivie. Au point finalement de m’en demander…. Qui suis-je et pourquoi est-ce que je continue d’errer de la sorte. Et si ce « Densetsu Iraki » n’était finalement que le nom de ma lame ? Qu’en sais-je ? Ce n’est qu’un nom piqué à une gravure sur acier. Tous mes sentiments ne sont que colère, tristesse et solitude. Pourquoi ? Pourquoi suis-je obligée de porter un fardeau si lourd sans même en connaître les raisons ? Pourquoi ces sentiments sont-ils obligés de m’hanter de la sorte ? J’ai beau retourner ces questions dans mon esprit depuis près de trois siècles, je n’ai trouvé aucune réponse à vous offrir. Pourquoi mes pouvoirs sont-ils si différents de ceux de mes pairs ? Pourquoi là ou leurs pouvoirs s’extériorisent, moi, je me contente de leur voler leur force pour me renforcer ? Est-ce là une façon ironique de m’aiguiller sur mon passé ? Étais-je un tel monstre pour en devenir un de la sorte et que même mes capacités s’en approchent ? Comme si je n’avais pas assez de questions, il fallait que je m’en rajoute autant. Ainsi, j’étais donc installée paisiblement près de l’immense jardin de fleur entourant ma demeure, l’observant en sirotant un simple thé. Un thé noir aux aromes d’été. L’ambiance, calme, est guidée par le rythme d’un Shishi-odoshi, venant taper doucement le sol ci et là dans un coin d’eau. Allez savoir pourquoi, j’avais souvenir de l’existence de cet objet et voulant essayer, j’en ai taillé un pour en redécouvrir le son. Conquise,  je n’ai pas vraiment eu de raisons de le retirer. Comme si mon sang même me poussait à apprécier ce simple détail. En parlant de sang, l’envie de me rassasier, comme toujours, n’était pas loin. Une fois le thé terminé, je me contente de le déposer dans les mains de ma majordome pour aller rejoindre la salle ou sont enchaînés mes « paniers repas ». M’approchant d’une enfant, visiblement d’humeur goûter à de la première fraicheur, je m’installe paisiblement non loin pour venir délicatement planter mes fins crocs dans son cou, profitant au passage d’un fin contact câlin, caressant ses cheveux, comme pour la rassurer. Tous ici me sont entièrement dévoués. Facile à faire lorsque nos morsures les y poussent. On contrôle un peu au début, puis on peut les délester de tout notre saoul. Bien sûr, je fais en sorte de les laisser en vie. Ne me contentant que d’une certaine qualité. Je peux être contraignante sur la qualité de mes repas. Mon appétit m’y obligeant, me direz-vous. Après plusieurs minutes à me délecter d’une certaine délicatesse de son sang, Aly, ma majordome, s’invita dans la pièce, s’excusant.

« Balthazar-sama  est ici, Densetsu-Sama. Il vous attends dans le salon des invités »

D’un signe de main, je la congédie pour finir mon repas. C'est une petite femme souriante, douce et adroite, blonde et claire de peau, elle semble trahir une présence des plus claires si on doit analyser le contraste de ma propre présence... Ne pouvant me satisfaire à l’idée de devoir croiser quelqu’un de la quantité que l’enfant pouvait m’offrir, je prends soin de m’attaquer à sa voisine, une jeune démone. Je semble principalement entourée de femmes. Encore un trait de caractère qui me vient de mon probable passé, je présume. Les hommes, dans l’intimité, me mettent mal à l’aise. Ici… je sais que je ne crains rien. Terminant doucement mon repas, je me contente de sortir de la pièce. Aly, tentant dans ma direction de quoi m’essuyer, m’escorte ensuite jusqu’au dit salon avant de m’annoncer. Balthzar. Que peux bien me vouloir celui-qui, finalement, est sans doute la seule personne que je n’ai pas à regarder de travers ici bas. Après tout, si je suis devenue nécromancienne, c’est en partie grâce à lui et ses enseignements.  Vêtue plus confortablement qu’à l’accoutumée, j’ai au moins pris soin de glisser sur mes épaules un kimono fin et d'un noir profond. Si quelques fines traces de sang ne perlaient plus sur mes lèvres, on aurait presque pu croire que l’effort de présentation était parfait. Mais après tout, si je m’offrais tant d’images et de confort, c’est simplement car je le souhaitais. Je ne m’habillais pas de la sorte pour les autres. Je me plais à l’image que j’envoie.

-Bonsoir, Balthazar.

Mon ton semble d’une neutralité toujours aussi prononcé. Rien d’insultant ou pouvant s’apparenter à une réelle critique.

-Que me vaux cette visite… Surprise. Après tout ce temps ?

Ma question m’échappe naturellement. Comme si je venais, l’espace d’un instant, d’oublier mes propres décisions. Comme si à l’ombre de ma propre demeure, je ne souhaitais plus me fatiguer à penser à des choses si frivoles. La milice. Voilà pourquoi il était là, sans l’ombre d’un doute. Finalement, je prends soin à m’installer en face de la place qui lui aura été montrée plu tôt, de l’autre côté d’une petite table ou les places représentaient des coussins ou s’asseoir en tailleur. Bien sûr, j’ai retiré mon sabre pour le déposer doucement à côté de moi. Toujours à portée de main. Silencieusement, Aly vint éponger les dernières traces de sang autour de mes lèvres. Une fois fait, elle reprit simplement sa place près de la porte.

-Veux-tu boire quelque chose ?

Un signe et la majordome s’approche d’un pas, prête à entendre la réponse de l’invité. Pour ma part, je laisse mon regard d’émeraude venir se planter dans celui de Balthazar. J’ai toujours évité le contact. Donc même si nous avons pu nous croiser quelques fois, c’est bien la première fois depuis tout ce temps que je concédais à m’asseoir à nouveau en face de lui.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 0:40
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar
Après avoir quitté Leviathan, mes pas m'avaient menés tout droit vers une demeure bien plus impossible dans un style asiatique et légèrement plus froide à mes yeux. Je n'aimais pas trop cette architecture, il faut l'avouer, mais chacun ses goûts et je respecte ceux de ma compagne nécromancienne. Car effectivement, c'est chez Ikari que je me dirigeais, ayant à présent besoin de lui parler d'un problème dont je venais de faire par à Leviathan. Mais je garderais notre conversation confidentiel pour le moment, elle n'en saurait rien jusqu'à que je juge nécessaire de lui en parler. Je franchis le jardin fleuris pour arriver au seuil de la bâtisse où je frappais. Je savais que cette fois-ci personne ne m'attendait réellement, même si mes visite impromptue n'étaient pas anodine. Ce fut Aly qui vint m'ouvrir, la majordome d'Ikari. Je la saluais à peine, restant distant et froid. Elle y était largement habituée et ne s'en offusqua pas.

-"Balthazar-Sama c'est un plaisirs de vous accueillir veuillez me suivre."

J'hochais simplement la tête et lui emboîtais le pas. Elle me conduisit comme prévu dans le salon des invités. Elle me proposa de m'installer, ce que je refusais, je me mis devant une fenêtre regardant l'extérieur simplement tout en l'entendant me parler à nouveau.

-"Je vais allez chercher Densetsu-Sama, je vous prie de patienter."

Elle s'inclina poliment et me laissa seul quelques instant. Je continuais alors d'observer le jardin de mon amie qui était bien entretenu, même de nuit il était plus que magnifique. Puis je l'entendis enfin arriver, je me tournais alors vers elle. Tout homme l'aurait dévisagée, voir reluquée, mais ce n'était vraiment pas mon style, je ne m'arrêtais pas sur les détails physique. Elle me salua alors d'un bonsoir et j'hochais simplement la tête en guise de réponse, ce serait la seule salutation qu'elle aurait et elle le savait. Elle me questionna sur ma présence, quoi de plus normal... et je me doutais qu'elle avait déjà une idée de la réponse. Je vins alors m'asseoir après elle en face d'elle, là où l'on m'avait proposé de m'installer plus tôt et je l'observais, toujours en silence. Je regardais alors la servante essuyer les lèvres de sa maîtresse, elle venait donc de se nourrir... aah la malédiction des vampires, je suis heureux de n'être que nécromancien. Elle me proposa alors quelque chose à boire et je refusais d'un signe de la main, j'avais déjà bu assez de thé avec Leviathan. Je regardais alors la servante, je ne voulais pas qu'elle entente de quoi nous allons parler, je m'adressais alors à elle d'un ton sans appel, même pour Ikari.

-"Tu peux disposer... nous t'appellerons si nous avons besoin de quoi que ce soit... ne te mêle pas à la conversation et si tu essaies d'écouter je le saurais."

Je la laissais alors partir en balbutiant des excuses et je me tournais alors vers Ikari, voyant son regard plongé dans le mien. Je fis une pause avant d'enfin prendre la parole.

-"Tu n'es pas sans savoir que les créatures se rapprochent de plus en plus des villes et font de plus en plus de victime. Je viens donc te demander de l'aide afin d'en éliminer quelques uns. Ceci ferait un bon entrainement pour tes petites troupes. Je sais qu'il n'y a encore que peu de monde qui te suivent, mais ce serait bien de les former ainsi!"

Elle pouvais entendre au ton de ma voix que ce n'était qu'une proposition et non une obligation. Je n'étais pas du genre à forcer qui que ce soit à m'aider. Mais j'avais bien sur penser à elle afin de l'aider et éventuellement trier les couard dans ses rangs.

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 2:16
Et après, c’est moi que l’on dit froide. Cette pensée m’arracha un fin sourire amusé, sur le coup. Même froide, je demeure au moins assez neutre pour présenter de simples formes de respect. Maintenant, j’ai appris à ne pas blâmer pour de telles sottises. Il ne serait pas là s’il n’avait, en soi, pas l’intention de m’en témoigner un minimum. Ça aussi, je le savais. Mieux que quiconque, lui connaissait l’étendue de ma force. C’est lui qui m’a amenée à cette place, après tout. Et pour ça, quoi que je puisse en dire, je ne pouvais que demeure reconnaissante. A ses mots vers Aly’, celle-ci regarda dans ma direction, comme pour attendre mon propre accord pour disposer. Suite à un fin hochement, elle présenta ses excuses, se montrant particulièrement troublée par la gêne occasionnée et s’éclipsa, retournant à ses tâches. Aucun serviteur digne de ce nom n’obéira jamais à quelqu’un d’autre que celui qui le commande. Peu importe qu’il soit esclave ou non, cela demeure un fait. Et ce, peu importe qui l’ordonne. C’est une règle de base non seulement dans tout foyer qui se respecte, mais aussi dans toutes les circonstances pouvant en arriver à de telles… circonstances. Ensuite, il reprit la parole. Ainsi donc, il voulait me mêler, moi et les quelques membres de ma milice à une partie de chasse ? Voilà une idée intéressante. La milice venant à peine d’être crée, je n’ai pas encore assez de membres pour partir chasser les proies des novices. De fait… Difficile de leur offrir l’entrainement qui leur ai dû. Petit à petit, un fin sourire sombre voir sadique perce à nouveau entre mes lèvres. L’occasion rêvée de séparer le bon du mauvais grain. Je m’occuperais moi-même de leur… « Préparation ». S’ils tombent face à ces monstres… Je dévorerai moi-même leurs âmes. En guise d’exemple. Oui. Ce n’est pas une mauvaise idée. S’ils tiennent à leurs conforts et que leur but est sincère, ils doivent apprendre que la mort est une chose naturelle. De fait, le plus faible d’entre eux, celui qui se sera avéré le moins utile, pourrait goûter à cette sensation en premier. Au début, les choses doivent toujours être plus strictes. Peut être aussi que je me laisse un peu emporter… Je verrais bien, de toute manière…

-Il n’y à pas longtemps, pas grand monde ne me venait en aide pour les contenir. Non pas que le geste m’ai déplu. Je me permets cependant de noter l’ironie de ta demande, maintenant.


Courte pause, mon ton trahissant d’une fine pointe l’amusement qui accompagnait l’éternelle distance que je maintenais.

-J’ai déjà prévu de les former en les présentant aux monstres. Mais ils ne sont pas encore assez nombreux pour pouvoir en capturer. Je ne prévois pas non plus de les amener à l’extérieur pour l’instant. Enfin… je ne prévoyais pas.

Mes doigts viennent délicatement tapoter la petite table, dans un doux rythme qui venait visiblement de s’élancer dans mon esprit. Un rythme calme et aux allures mélancoliques. Mon regard, toujours planté dans le sien, semble s’égarer dans diverses pensées avant qu’un nouveau sourire ne traverse mes lèvres. Je peux me permettre de penser qu’en connaissant ma force, il sait que mon aide seule pourrait s’avérer inestimable. Mais je ne peux m’empêcher de le soupçonner. Il s’interroge sur les personnes que j’ai pu recruter. Sur ma façon de faire et comment je compte les commander. Les présenter au public sous mes ordres pourrait lui apporter une réponse digne mais aussi, nous présenter convenablement aux autres. Il cherche non seulement à me tester, comme par le passé, mais aussi à m’offrir l’occasion de démontrer ma valeur. Ma valeur… et celle de cet ordre que je viens de former. En somme, il me demande de les préparer à faire bonne impression, tant dans leur technique que dans leur force. J’ai l’impression de revenir cent ans en arrière, lorsqu’il me prit sous son aile pour me former. Pour me tester. Pour savoir si j’étais digne de devenir nécromant. En somme… Il m’offre l’ultime test. Serais-je digne malgré mes cent années d’inaction auprès des peuples présents, à me vanter de l’être ? Subtil. Sans m’en vanter, j’apparais comme une chef. Il me faut donc montrer ce que je vaux en tant que tel dans une situation défavorable. Parfait. Mon sourire s’aggrandit finement. Ravissant, littéralement. Un sourire aux airs toujours plus sombres, mais possédant un fond de douceur insoupçonné.

-Nous serons prêts.

Conclus-je simplement à sa demande. Mes doigts cessent leur rythme et mon regard qui n’avait en rien quitté le sien, s’intensifie… brulant de cette volonté qui m’est propre.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Avr - 20:43
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar

Je vis très bien le regard de la servante à sa maîtresse, je souris alors discrètement. Ikari savait s'entourer, il n'y avait aucun doute la dessus et encore plus, elle avait le respect de beaucoup de personne et le mien. Ce qui n'était pas donné à tout le monde. Je n'arrivais pas à le faire avec tout le monde, il y avait tellement de gens en même temps. Je ne pouvais pas me souvenir de tous et plus particulièrement des êtres insignifiants qui peuplaient notre univers. Je paraissais pourtant aux yeux de beaucoup comme un être respectable et apprécié, mais j'étais lasse... lasse de cette vie, mais je ne pouvais pas la quitter sans réellement savoir pourquoi. J'étais attaché à ce monde que je le souhaite ou non. J'étais même peut-être né dedans, je n'en savais rien. Avais-je eux une vie avant celle-ci? Question que je me posais inlassablement et que je voulais pourtant oublier à tout prix.

Bref, je me concentrais à nouveau sur Ikari et vis sur ses lèvres un sourire s'y placer, je l'imitais alors d'une certaine manière, essayant de percer ses pensées. Elle pris ensuite la parole et je ris doucement, elle n'avait pas tord. Peu se préoccupaient réellement des créatures tant qu'ils n'étaient pas eux même victimes de ces dernières. J'étais attentif au moindre de ses gestes et de ses mots, son ton, ses pauses et tout le reste. Je l'écoutais sans rien dire attendant qu'elle accepte. Je n'accepterais aucun refus en réalité. J'observais ses doigts tapoter la table avant de redresser mon regard vers elle. Elle continuais ainsi un instant, je pouvais presque deviner ses pensées tellement je la connaissais... Je continuais alors de la fixer me terrant dans un silence légèrement gênant. Puis elle me répondit enfin ce que je voulais entendre, un sourire s'installa alors sur mes lèvres et je me levais alors pour aller me placer devant une des fenêtres de la pièce, je croisais les bras dans mon dos, souriant toujours.

-"Je n'en attendais pas moins de toi... et je suis sûr que ceci sera bien utile à tes subordonnés."

Je me tournais ensuite vers elle, l'observant, le visage neutre.

-"Et tu pourras également me montrer si tu as fais des progrès... ou non..."

Ceci était une petite pique de provocation, je dois bien l'avouer. Mais je ne pouvais pas m'en empêcher. J'étais certain qu'elle mordrait à l’hameçon de toute façon. Je lui offris alors un sourire tout gentil, tout aimable pour ponctuer mon petit défi. J'attendais alors sa réaction avec impatience.

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Mai - 4:42
Je peux sentir son regard peser sur mes épaules. Et ce jusqu’à ma réponse. Il me connait depuis longtemps. Il sait que mes inquiétudes sont plus tournées sur mes guerriers que sur moi. Malgré mes grands airs et ma dureté apparente… il me connait mieux que quiconque. Il sait que je me soucie bien plus de mon prochain que ce que j’accepte de le dire. En tout cas… Je le soupçonne de le savoir. C’est avec lui que j’ai testé ma nouvelle force pour la première fois. Et que j’en ai exploré la plupart des possibilités. Il à pu lire un peu en moi tout comme j’ai pu lui rendre la pareille. Je ne sais pas exactement ce qu’il à vu, trop inexpérimentée à l’époque. Tout ce que je sais… c’est qu’il me connait mieux que beaucoup d’autres. Aly doit être la seule exception à ce jour. Et si mes plans concernant cette… Rima aboutissent… elle parviendra peut être à dépasser Aly. Cette pensée m’arrache un nouveau sourire tandis que j’invite l’intéressée à me verser une nouvelle tasse de thé. Sont-ils prêts ? Voilà une bonne question. Certains sont capables de me surprendre et apprennent vite. Je pense qu’une bonne poignée d’entre eux pourrait sincèrement s’en sortir. Mais le reste… Je soupire discrètement. Oui. J’ai déjà tout en tête. Les plus faibles opteront pour une formation défensive et créeront des ouvertures pour les autres. De fait, ils devraient pouvoir des monstres d’un bon niveau. Dans le pire des cas, les plus faibles mourront. La mort est un bon entrainement, dans ce monde ou elle n’a rien d’éternelle.

Ma réponse donnée, la réaction fut telle qu’elle était attendue. Un sourire traversait ses lèvres. Dans le fond, aucun doute qu’il se doutait de ma réponse autant que je savais qu’il n’en attendait aucune autre. Sa demande n’en était pas vraiment une bien que dans le fond, j’aurais été curieux de voir comment il se serait mis en tête de m’empêcher de refuser. Il est puissant, c’est un fait. Mais… je me suis toujours demandé… Pourrais-je le battre ? L’excitation liée à l’idée d’un bon combat me traverse, se trahissant l’espace d’un instant au travers de mon regard. Mes yeux d’habitude émeraude prennent la couche d’un rouge vif qu’ont ceux de mon peuples lorsque le plaisir et la faim les tiraille. Mais je me reprends bien assez vite pour ne pas que cela n’apparaisse trop. Je sais qu’il saura lire la menace que j’ai déployé l’espace d’un instant malgré ma puissance limitée. Après tout, je me suis nourrie de sang, pas d’âme. Là, il pourrait me vaincre facilement. Enfin… si je ne prends pas le temps d’absorber une âme… ce qui est déjà bien rapide. Son absence d’expérience réelle au combat rapproché jouerait clairement en sa défaveur et pourrait m’offrir la victoire. Oui. L’espace de quelques secondes très rapide, une envie de meurtre réelle à pu apparaitre à son attention. Mais… Il n’en portera pas cas plus que raison. Il me connait. Il sait. Ma faim… Mon amour du combat. Il sait.

-Ce sera effectivement une bonne expérience. Si leur volonté ne finit pas broyée par l’écart de puissance, ils auront beau se faire écraser, ils progresseront.

Mon ton est neutre, toujours. Froid, peut être. Sans doute un résidu du désir monté plus tôt. Mais il est de ma part purement rationnel. S’ils se relèvent de la douleur, ils y seront plus résistants. C’est un fait. Sa seconde tirade m’arrache un sourire plus franc. Sur l’instant, ma main suit un mouvement vif jusqu’à mon sabre. Comme tentée de le lui démontrer en l’instant… Mais je m’en voudrais de ravager ma propre demeure. Et puis… Au vu de son rang et de sa réputation… il sera bien plus drôle de le ridiculiser en public. Mon sourire s’agrandit, cette fois, je me suis parfaitement contenue. Egard que je dois sans doute à Aly pour le repas précédent. J’ai encore le goût de son sang dans ma bouche. C’est agréable.

-Te voir douter de moi me surprends. Je pense pouvoir me vanter de ne t’avoir jamais déçu, Balthazar. Maintenant… si tu souhaites prendre une déculottée, autant reporter ça à un moment ça à un moment ou le public pourra en profiter.

Je marque une pause, mon sourire se déformant dans un air au moins aussi provocateur que vicieux.

-Qu’en penses-tu ? Montrer à ces enfants ce qu’est un véritable combat d’adultes.

Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Mai - 23:03
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar
Je vis dans son regard une étincelle que je connaissais bien. Cette dernière s'effaça rapidement, mais elle avait été si vive. Je préférais passer au dessus, sachant d'un coté comment le combat finirais, mais je préfère rester vague là-dessus. Elle pourrait très bien me battre vu son pouvoir, mais pourrait-elle seulement le faire? Je ne le savais que trop bien, l'on ne pouvait pas rester numéros un très longtemps et depuis le nombre d'année que je l'étais il fallait bien que je passe la main un jour, non? J'étais peut-être trop défaitiste je ne sais pas... je pourrais peut-être encore la battre ne sachant pas jusqu'où mes pouvoirs allaient réellement, tout comme les siens. Tout ce que je savais, c'est que j'avais quelque chose qu'elle n'avait pas... l'expérience? Elle était encore une enfant d'un certain côté pour moi, malgré sa maturité étonnante. Et ce qu'elle avait de plus que moi... elle avait l'envie de vivre et de combattre, elle avait encore cette envie d'aider les autres, comme dans ma jeunesse. Ceci lui passera certainement après encore quelques siècles... ou un millénaire? Je ne sais pas... je ne sais plus quand j'ai réellement abandonné.

Bref, je l'entendis parler, ce qui me sortit de mes pensées. Je ris doucement à sa phrase, elle n'avait pas tord. Puis à ma seconde phrase, elle porta sa main vivement à son sabre, mais je ne bougeais pas. Je savais qu'elle se retiendrait. Je retournais alors mon regard vers la fenêtre, les mains dans mon dos, restant à l'écoute. Je me doutais qu'elle allait me proposer cela. Est-ce que j'avais réellement envie de me battre contre elle? Non pas le moins du monde. J'avais donc une autre proposition à lui faire.

-"Un combat d'adulte? Tu penses pouvoir me proposer ceci à ton âge?"

Je me tournais donc vers elle, restant neutre et sérieux.

-"Me connaissant, tu sais que jamais je ne me battrais pour "l'amusement" contre toi. Mais ce que l'on peut faire, c'est leurs démontrer notre force face aux créatures. Celui qui en abattra le plus gagnera, tu en penses quoi? "

Je pense que c'est suffisant pour démontrer nos forces respectives et également pour la rassasier, d'une certaine manière. Je l'observais alors dans les moindres détails, espérant trouver une faille en elle, que je pourrais exploiter d'une certaine manière. Mais elle me connaissait aussi bien que je ne la connaissais. Elle savait donc parfaitement que malgré sa provocation, la seule raison qui me mènerais à combattre réellement contre elle serait qu'elle mette ce monde en danger ou qu'elle se retourne sérieusement contre moi. Chose, qu'elle ne ferait jamais, du moins je l'espère.

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mai - 22:07
Bien qu’il n’a eu aucune réaction à la menace dégagée, je sais ce qu’il en est. Lui comme moi préférons encore éviter un combat inutile. Pourquoi créer du grabuge inutilement, après tout ? Là, nous en sommes à un point ou on se cherche gentiment. On s’envoie quelques piques, on dandine notre équipement… mais rien ne conclut car dans le fond, on sait sans doutes tous les deux à quel point on est incompatibles. Lui est las et ne voit plus gère d’intérêt à beaucoup de ce qui l’entoure. La perspective d’un bon combat ne l’intéresse plus nécessairement et moi… ma foi, combattre me plait, mais quel plaisir peut-on posséder à ridiculiser quelqu’un qui ne tient plus à la victoire ? Quitte à le faire, autant le faire devant un bon public, pas vrai ? Alors qu’il reprenait la parole, un sourire clairement amusé traverse mes lèvres. Voilà le retour de notre grand blasé. L’âge. Sa seconde tirade, cela dit, transforme mon sourire en un rire franc et sonore. Je ne le retiens pas. Comme pour lui exploser le poids de ma toute franchise.

-Un duel d’extermination de monstres ? Je me doutais que tu retournerai la choses à ton avantage. Pour moi qui ne suis qu’une simple utilisatrice du sabre, je n’ai que très peu de chances, même à niveau supérieur, de t’égaler dans de l’extermination de masse. Et tu le sais. Me prends-tu encore pour une débutante ? Si cette proposition serait de quelqu’un d’autre… je me sentirais clairement insulté et je ne sais même pas si il ressortirai de cette pièce, en toute franchise.

Je marque une pause neutre, le temps de trahir un sourire sombre et de calmer l’amusement qu’il avait lancé. Je réfléchis à l’affaire. Il serait imprudent de passer certaines limites. Je ne serais plus en état de commander si tel était le cas et je me contenterais simplement de faire couler le sang jusqu’à plus soif. Plus soif… Voilà un sentiment que je ne connais plus. Plus depuis longtemps. Je n’ai plus eu l’occasion d’éprouver mes propres limites depuis longtemps, cela dit.

-Soit. J’accepte de relever le défi. Je prendrais des contre-mesures pour mes hommes, au cas où. Il serait dommage que je les vide de leur sang moi-même après notre petit jeu. Je compte d’ailleurs sur toi pour veiller à ce qu’Aly me raccompagne ici convenablement.


Il sait de quoi je parle. Il m’a formé. Il sait que si je dépasse certaines limites, je ne serais peut être plus moi-même. Cependant, il sait sans doute que si j’en parle à dépasser ces limites… c’est que le défi pourrait bien devenir réellement sérieux, même pour lui. Peut être au fil des ans parviendrais-je à passer parfaitement outre mes défauts et cette incapacité à empêcher mon esprit de s’écraser sous le poids de ma propre puissance.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 19:29
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar
J'aimais l'entendre rire ainsi, ceci me prouvais à quel point elle était "vivante". Elle faisait partie des rares personnes qui me connaissaient réellement, c'était sûrement du à sa formation, mais ceci n'avait aucun importance. Elle faisait à présent partie de mes proches et je voulais la préserver d'une certaine manière. Je l'écoutais, lui offrant un sourire amusé, j'aimais sa franchise, elle osait parler et ceci me faisait le plus grand bien. Elle n'avait pas tout à fait tord, je tournais quelque peu la situation à mon avantage, je préférais m'avancer sur un terrain que je maîtrisais. J'avais tout de même une fierté et je ne la perdrais pas face à une ancienne apprentie. Elle était mon égale certes, mais nous restions différent.

Puis elle vint sur un autre sujet, sa soif. Elle n'avait pas réglé ce problème et ne le réglerait certainement jamais. C'était le soucis sa race d'origine, cette envie de sang incontrôlable et pour cela je ne pouvais pas vraiment l'aider. Pour être sincère, je n'avais pas pensé à ce détail en lui proposant cette chasse aux créatures et l'hésitation se lisait dans mon regard. Je la fixais encore et l'envie de la protéger me prit. Mais ce n'était plus une enfant, elle n'avait pas besoin de moi pour cela. Je ris alors pour détendre l'atmosphère décidant de la taquiner un peu. Je ne voulais pas parler de ses faiblesses, je préférerais qu'elle n'en ait pas en réalité. Je décidais donc de revenir à sa première tirade.  

-"Tu sais pourquoi je ne veux pas t'affronter non?"

Je plongeais mon regard dans le sien. Oui elle savait. Je ne ferais pas le poids en corps à corps, c'était certain et je ne voulais pas la blesser, tout en sachant qu'elle n'hésiterais sûrement pas à faire le contraire. Qui connaissait mieux qu'elle mes faiblesse ainsi que mes forces? Quand l'on est un maître et une apprentie les liens se resserrent toujours sans qu'on le veuille. J'avais du m'ouvrir à elle comme elle avait du s'ouvrir à moi. Je soupirais tout de même, voulant lui répondre convenablement.

-"Ne t'en fais pas pour ta soif, j'ai confiance en toi. Et tu sais parfaitement que je veillerais à ce que tu rentres chez toi entière, quitte à ce que je doive te donner un peu de sang."

Je me tus un instant, faisant une légère moue. Il était rare que je m’épanche ainsi sur mes sentiments ou mes émotions. Mais pourquoi lui cacher quelque chose qu'elle savait déjà. Je fermais alors quelques secondes les yeux avant de les reporter sur la fenêtre, préférant détourner le regard d'elle. Comme pour lui faire comprendre que mes mots n'avaient aucune importance, comme si elle devait les oublier.

-"Bref, nous fixerons une échéance, je dois encore aller parler à quelques personnes de ce combat, nous seront bien préparé et je compte sur toi pour que tes hommes le soient."

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mai - 2:11
Je suis consciente qu’à puissance déployer, je suis une véritable anguille. A moins de posséder assez de puissance pour dévaster tout ce qui entoure le lanceur de sort au bon moment, je pourrais m’avérer être une cible difficile. En même temps, imaginez le résultat si j’en viens à voler… Allez, simplement la moitié de la puissance de ce colosse que l’on nomme « Resna » et qui est de retour en ville récemment. Il est moitié plus fort que la plupart des êtres les plus robustes de ce monde. En mettant de côté les êtres défiant toute logique, comme les rois, les faucheurs et les nécromanciens. D’ailleurs, j’ai entendu dire qu’il aurait pu devenir nécromancien, bien avant mon arrivée. Je me demande bien quelles raisons ont pu le pousser à repousser l’offre de Balthazar. Peut être lui demanderais-je, un jour ? Pour l’instant en tout cas, j’en reviens à finir de présenter mes pensées : Il y à des monstres redoutables. Peut être même des monstres capables de donner du fil à retordre à Balthazar. Pas dans ceux que j’ai un jour rencontré, certes, mais tout de même… Disons que j’ai toutes les raisons de penser que c’est le cas. Imaginez seulement me lâcher au milieu de monstres moitié moins puissants que Resna. Pour rester dans une mesure compréhensible. Sans ses pouvoirs… bien sûr.  Il me suffirait de quatre monstres pour devenir assez vive pour ne plus être suivie. Ou seulement de l’œil avisé, et ce par la plupart des peuples. Le premier représenterait une difficulté… Mais la suite se présentera comme une véritable promenade de santé. Bien entendu, je ne dis pas que ce serait sans conséquences. Je ne dis pas que je gagnerai. Je ne dis pas que je pourrais atteindre Balthazar en combat singulier. Mais avouez que la perspective est intéressante. Je ne sais en quel état je saurais rentrer, ni même si je serais victorieuse, après ce défi. Mais je ne serais sans doute plus entièrement moi-même. Ses mots finissent par me tirer de mes pensées alors que mon regard remonte se figer dans le sien. Sa question est simple. La réponse est simple. Il doute de sa victoire au moins autant que moi de la mienne. Je suis confiante en mes capacités, oui. Mais si il y à bien une personne qui peut me laisser réellement perplexe sur la finalité de notre duel, c’est bien le premier résident de ce monde en personne.  Il est des choses étranges qui se tissent entre un maître et son élève. Qu’on le veuille ou non. La partie rationnelle de mon esprit connait ses faiblesses et saurait les exploiter. Je saurais le blesser, j’en suis sûre. Je saurais peut être même le vaincre. Mais je ne le souhaite pas. Pourquoi le voudrais-je ? Balthazar est sans l’ombre d’un doute le seul homme que je parviens encore à considérer comme un ami et ce, malgré mes airs et mes provocations. Je souris à sa tirade suivante. Confiance en moi ? Me ramener quitte à me nourrir ? Voilà des paroles bien douces pour l’être qu’il semble être. D’un geste lent, je dépose mon thé sur la table avant de me redresser, doucement. Un fin sourire se dessine même sur mes lèvres, non sans une pointe de douceur au travers de ma franchise brutale.

-J’étancherai ma soif quoi qu’il advienne. Si ce genre d’occasions doit se montrer un avantage, outre le plaisir de le faire couler, c’est que je peux boire le sang de tout mon saoul. Pour le reste… ne t’en fais pas. Je tâcherai de faire en sorte que tu n’en sortes pas trop amoché non plus.

Pour répondre à son ultime tirade, je lui offre le salut caractéristique que je me suis mise à enseigner à mes propres hommes. Celui consiste, expliqué grossièrement, à ramener sa main droite sur son coeur, droits comme des piquets. Une première ébauche bien peu subtile, mais efficace pour qui saura la lire. Après tout, la hiérarchie et la structure ne lésinent jamais en détails. L’air taquin, je prends tout de même fierté à le saluer avec respect.

-Nous serons prêts, Balthazar.

Je me détends ensuite à nouveau, gardant mon air taquin au visage, tandis que je m’incline cette fois plus… personnellement.

-Et je te remercie pour ta sollicitude, comme toujours. J’en viendrais presque à m’amocher seule, au fil des combats. Après tout, je ne cesse de me demander quel goût ton sang peut avoir. Tu peux d’ailleurs le voir comme un honneur. Je préfère habituellement celui des femmes. Plus doux et aromatisé.

Clin d’œil taquin. Je reste donc là, à l’observer. Retrouvant un temps, au travers des minutes passant, le lien que nous avons entretenu avant que je disparaisse hors des murs. Je sais qu’il s’est encore renfermé, en ce temps. Comme moi, d’ailleurs. Mais il fait tout de même plaisir d’avoir de temps en temps quelqu’un avec qui l’on puisse être un peu plus… soi même.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Mai - 3:46
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar
Je la voyais perdue dans ses pensées, je la laissais donc faire. Puis elle prit la parole, je l'écoutais alors. Riant doucement à ce qu'elle disait. Ses paroles me faisaient plaisirs et me touchaient également. Puis elle m'offrit le salut des siens, que j'imitais du mieux possible afin de la soutenir. Puis elle m'affirma qu'ils seront prêt. Je n'en avais aucun doute en réalité. J'écoutais sa dernière tirade en souriant doucement. Ceci me faisait plaisirs je tenais absolument à lui répondre, j'observais sa servante qui était plutôt discrète. Je soupirais alors, formulant quelques incantations rapide afin qu'elle ne puisse pas nous entendre. Je rendais mort les sons pour tous, sauf pour Ikari et moi. Puis je me rapprochait-elle, confiant, je lui pris les mains, observant ses paumes. Persuadé que personne ne nous entendrais, je pourrais parler sans gêne.

-"Sache une chose... si tu dois m'abandonner sur un champs de bataille fait le. Je suis sérieux. Si ceci te permet de survivre et de continuer, tu n'auras pas à réfléchir, d'accord? "

Je soupirais, mes doigts parcourant ses mains de manière tendre, comme le ferait un grand frère face à une petite sœur.

-"Je trouverais toujours un moyen de me régénérer ou de m'en sortir. Tu es ma priorité... je tenais à ce que tu le saches. Je ne te prend pas pour une enfant je te rassure, mais comme une ancienne élève que j'adore. "

Je lâchais alors ses mains, me redressant et l'observant toujours. Je me montrais doux, chose extrêmement rare. Je voulais juste qu'elle comprenne qu'elle était bien plus importante que ma propre vie, du moins à mes yeux.

-"Et si tu veux connaitre le goût de mon sang c'est très simple. "

Je sortis une dague, prêt à m'entailler la peau pour lui offrir quelques goûtes. Elle pouvait très bien arrêter mon geste...

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mai - 16:52
Sacré Balthazar. Toujours à se méfier de la moindre petite bête. Aly est fiable, c’est probablement au jour d’aujourd’hui l’être le plus fiable de ma suite. Si je lui demanderais de détruire son âme, elle le ferait. Mais quel intérêt y aurais-je ? Vous savez, le plus drôle dans toute cette histoire est probablement de penser que je n’ai jamais demandée à inspirer tant de loyauté et de fidélité aux miens. Bien entendu, quand on décide de me suivre, c’est la moindre des choses que je puisse demander, mais je n’ai presque rien à faire pour cela. J’ai l’impression de glaner cette loyauté et cette sympathie en ne faisait finalement que… Prendre des décisions égoïstes et sans réelles incidences. C’est amusant autant que troublant. Ma foi… Un bref coup d’œil vers Aly, j’hoche doucement. Comme pour lui dire que tout ira bien, qu’elle peux se détendre. Et puis de toute façon, je ne me fais aucun souci sur ce que pourrais vouloir me faire Balthazar. Il est, je pense, ce qui s’apparente réellement à mon plus vieil ami, en ces terres. Son geste me surpris néanmoins, et je ne le cache en rien. Il n’est pas… tactile. Au moins autant que moi avec les hommes, si vous voyez l’idée. Je l’écoute donc avec une attention particulière. Finalement, c’est un large sourire aux abords carnassiers qui transcende mes lèvres tandis que je lui réponds, retenant un rire franc.

-Voyons, mon cher… tu me connais bien mieux que ça. Tu sais que je ne pourrais pas accepter d’obéir à une demande si… égoïste. Si tu te vois mis en difficulté, cela veux dire que l’adversaire sera peut être capable de me suivre. Quitte à grignoter un peu de ta puissance pour m’ouvrir l’appétit, sois sûr que je ne te laisserais pas derrière.


Je prends soin de moi et de mon corps. Sans dire que je passe du temps à me pomponner, ce qui demeure faux –je n’ai de toute façon pas besoin de le faire moi-même ma peau, naturellement douce se voit exacerbé dans cet effet par mon état de vampire et probablement, aussi, surtout, de mon corps immaculé de toutes marques. Là ou sur quelqu’un d’autre on rencontrerait des doigts calleux de ceux habitués à l’épée, mes doigts sont même épargnés de cet effet. Le contact se fait donc sans réel accroc, si ce n’est une pointe de méfiance demeurée naturelle malgré toutes ces années. Sans que je ne saches réellement pourquoi. C’est sans doute ma force qui m’a permise de dépasser ces craintes irrationnelles ou en tout cas, qui me permet de les combattre avec autant d’efficacité. Au jour d’aujourd’hui, presque plus rien n’y parait à l’œil observateur. Surtout là, ou mon interlocuteur, chose rare, possède ma pleine confiance. Chose réfléchie, c’est surtout son geste suivant qui me surprit. D’un mouvement, je bloque la dague. Retenant son poignet avant qu’il ne s’entaille avec une fermeté résolue. D’un geste de tête, je lui témoigne mon refus.

-Voyons, Balthazar… Il ne faut pas gâcher des cru de cette valeur en de si simples occasions. Tu sais que je m’enivre facilement.

Le message est clair. Ce sang, je le mériterai ou je n’y goûterai pas. C’est sur le champ de bataille, en fauchant ce qui glissera sous mes doigts, que je gagnerai le droit d’y boire. Le plus vieux locataire de ce bas monde. Si ça, ce n’est pas du cru de prestige, que faut-il ? D’un sourire doux, je lui démontre bien qu’il pourra dire ce qu’il veut, ma décision demeure sans appel. Cela dit, aucun doute qu’il saura lire que quelque part, je me suis fait lutte pour garder cette conviction. Parler de sang à suffit à attiser ma faim et faim attisée…. Mon regard se tourne un instant vers Aly tandis que mon regard en dit sans doutes long. Cependant, je reporte rapidement mon attention vers Balthou, calmement, me maîtrisant encore parfaitement.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Mai - 1:26
Le premier d'une longue rangéeUne belle Dame!
Densetsu
Ikari

Balthazar
Ce n'est pas que je n'avais pas confiance en sa servante, je savais qu'elle était irréprochable. C'est juste que je souhaitais que notre conversation reste entre nous. Le grand Balthazar se laisser aller aux sentiments? Ceci allait ternir mon image et je ne voulais pas que ça arrive. Mais le plus important pour le moment était la réponse que me donnerait Ikari face à mes propos. Je l'écoutais alors, souriant doucement. Elle trouvait ma demande égoïste? Moi je la trouvais légitime. Mais elle n'avait pas tord sur certain point. Je ris doucement en l'entendant me dire qu'elle ne me laisserait pas derrière, c'était rassurant venant d'elle. Je savais qu'elle ne me laisserait pas tomber, tout comme je ne la laisserais pas tomber. Et oui si j'étais vaincu ce serait mauvais signe, le monde pourrait être en danger, même si je sais qu'Ikari et bien d'autres seraient là pour veiller dessus. Je n'étais pas indispensable comme beaucoup le pensaient.

Comme prévu elle stoppa mon geste, m'empêchant de m'entailler. Je lui offrit alors un nouveau sourire, quelque peu mystérieux cependant. Elle se maîtrisait bien mieux qu'avant. Récitant quelque parole j’ôtais mon sort, laissant Aly se mêler de nouveau à notre mon, ne la laissant plus dans le silence. Je rangeais alors mon arme avant de m'asseoir à nouveau aux côtés d'Ikari.

-"Tu as grandis Ikari, et tu te maîtrise mieux que je ne le pensais. Je suppose que j'ai éveillé ta soif."

Je l'observais, j'avais l'art de le faire de manière quelque peu sournoise et mystérieuse, de façon à ce que l'on ne puisse pas lire dans mon regard mes pensées. Je me demandais ce qu'il se passait dans sa tête en ce moment. Elle avait soif, je le savais... Elle n'avait pas regardé sa servante pour rien. Je soupirais alors, allant prendre congé.

-"Et bien, je crois que j'ai abordé tout ce que je voulais avec toi, je te tiendrais au courant. Je dois encore voir certaines personnes et je te donnerais plus de détails par message si ceci te va. As-tu des questions ou la moindre requête à mon égare? "

J'étais toujours disponible pour elle. Elle n'avait pas besoin de carte Joker ou autre, non. Elle avait mon amitié et c'était largement suffisant. Elle avait même une part de mon affection, ce qui était rare en ce bas monde.

Nécromancien
Balthazar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 63
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
Le premier d'une longue rangée [Pv Balthazar] Hgfdgh10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The evil world :: Neutrum Terram :: Habitations :: Résidence Densetsu-