Revenir en haut
Aller en bas



 

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé... (PV Fuck)

 :: Civitas crystallini :: Centre Ville :: Le Lys écarlate Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 29 Avr - 0:55

Angel
Chretien

Rika
Amstrong

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé...
J'avais paressé toute la matinée dans mon lit, n'ayant aucun client ce matin là, j'avais pu me le permettre. J'avais donc fermé la boutique et je m'étais enfermée dans ma chambre, vêtue d'un culotte et d'un débardeur. Rien de mieux pour griffoner dans son lit ainsi que d'écouter un peu de musique et tout ceci avec le minimum de lumière possible. J'étais une ombre après tout, bien que malgré les années passées dans ce monde, je ne comprenne pas encore à quoi sert ma race. Et que contrairement aux miens, je n'avais pas besoin de déprendre de quelqu'un. Quoi que non... c'est faux, j'avais dépendu de mon maître un bon nombre d'année, le laissant m'apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur l'art du tatouage.

Midi arriva bien trop vite à mon goût, je me levais alors, laissant en désordre dans mon lit les quelques dessins que j'avais pu faire. Je me levais et enfilais alors des sous-vêtement propre ainsi qu'un gros pull et un pantalon bien large. Tout pour cacher mon corps de femme que je n'assumais pas et ceci se voyait. Bon je dois avouer que les longues manches servaient également à cacher les cicatrices que j'avais aux bras dont je n'étais pas si fière que ça malgré les apparences que je souhaitais donner. Enfin bref... je diverge... Je me dirigeais à la cuisine pour grignotter rapidement un petit truc avant de descendre à mon salon de tatouage et de tout préparer pour mon prochain client. Personne que j'avais déjà tatoué et que j'appréciais un peu si je peux le dire ainsi. Généralement il n'étais pas trop compliqué et il ne bougeait pas dans tous les sens sous la douleurs selon mon souvenir.

J'allumais la lumière et ouvrais les store afin d'éclairer la pièce. Je plissais les yeux, les laissant s'habituer un peu, puis je regardais les murs peints de noir ainsi que les tableaux à tête de mort ou avec des dessins de roses. Il y avait aussi des trucs plus joyeux, des commandes de tatouages que j'avais dessiné ou de dessins que je mettais en vente pour les clients indécis qui voulaient quelque chose comme ça... sans passion. C'était les clients que je détestais le plus, je préférais les gens qui avaient leurs propres idées et leurs propres passions. Un tatouage n'est pas une mode pour moi, mais une part de soit même. Après il faut bien vivre et gagner de l'argent et des clients il n'y en a pas énormément malgré mon talent et pourtant je suis réputée. Je préparais alors les couleurs ainsi que les aiguilles et tout ce qu'il fallait pour tatouer. La chaise de torture, comme j'aimais l'appeler était prête ainsi que mon tabouret à roulette pour mieux me déplacer. J'avais préparer du thé et du café et je m'installais alors sur le canapé, les jambes croisée tout en regardant l'heure. Il devrait bientôt arriver... J'entendis alors la cloche de la boutique sonner, et comme un robot je me levais un sourire joyeux s'installa immédiatement sur mes lèvres.

-"Bienvenue à vous!"

Tout n'étais que commédie, qu'un masque que je mettais sur mon visage. Je n'avais pas envie de rire ou de sourire, mais il le fallait bien face au client.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 3:00

Rika

Fuck

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé... !

100 ans… Ça faisait maintenant 100 ans que j’étais arrivé dans ce monde d’ennui ou je cherche désespérément à m’amuser. Tout ce que je cherche c’est à m’amuser, à passer le temps… J’oublie la plupart du temps que je ne viens pas d’ici, que j’avais une vie avant, et que j’étais différent. Avant ma transformation j’étais quelqu’un de gentil, de poli et de courtois. Ça n’a pas dura longtemps, mais je m’en souviens parfaitement mon état d’esprit… En plus de mon corps et de mes capacités, j’ai aussi changé en attitude, et même si l’on peut croire que je m’amuse, au fond je souffre comme jamais. Mais j’essaye de ne pas y penser et je fais ce que je peux pour oublier en me battant et en buvant. Et si cette année ça fait 100 ans que je suis ici ça signifie également que ça fait 100 ans que j’ai rencontré et adopté Spatium, ma première rencontre et pourtant la plus précieuse… C’est en lui que je me calme et que je retrouve un bonheur passif. J’aime dire que c’est mon meilleur ami mais au final je pense que c’est bien plus que ça pour moi… C’est presque comme un fils. Je l’ai élevé, je lui ai appris pleins de choses et on partage quasiment tout ensemble. Et ça fait longtemps que j’y avais pensé et le faire cette année est la bonne chose à faire. Alors il y a quelques temps j’avais pris un rendez-vous pour un tatouage en son honneur chez une tatoueuse. Elle était réputé et pas pour rien, elle m’avait fait mes 2 tatouages, celui qui est autour de mes 2 yeux et celui dans mon dos avec un croix de saint pierre avec un doigt d’honneur au milieu. C’était extrêmement bien réussi et on pouvait voir que c’était une vraie passion et qu’elle aimait ce qu’elle faisait.

C’était aujourd’hui que je devais aller la voir pour le tatouage. J’avais fait comprendre à Spatium que je devais partir et que je reviendrai plus tard et qu’en attendant je fermais le bar. Je l’embrassai sur le front avant de partir en direction du salon de tatouage. Pour une fois j’étais calme, je repensais apaisé aux moments que j’avais partagé avec Spatium, des premières fois où il m’a mordu aux fois où on s’est battu ensemble et même aux fois où on a dormis ensemble, il fallait dire que c’était un bon oreiller !

J’étais déjà arrivé devant le salon… Le temps passe vite quand on pense aux bonne choses il semble ! J’étais assez mal à l’aise à l’idée de demander à ce qu’on me tatoue des étoiles formant une sorte de galaxie dans le cou… J’avais toujours eu un caractère actif, sûr de moi et joueur mais aujourd’hui c’était différent… Je ne sais pas quel jour exactement on s’était rencontré, mais ça importait peu, ça faisait un an et c’est tout, il fallait que je fête ça. Alors non, boire et faire la fête ça serait pas célébrer quelque chose d’aussi important puisque c’est ce qu’on fait tous les jours, en revanche un tatouage en son honneur c’est pas tout le temps que je fais ça.

Après un petit moment à hésiter je pousse la porte du salon. A peine entrer que j’entendis un cris de bienvenue tout joyeux, c’était la tatoueuse, Rika si je me souviens bien… J’ai une mauvaise mémoire de prénom mais ça doit être ça. J’essaye tant bien que mal de paraitre vif mais j’étais toujours un peu timide à cause de ma demande. Même si elle ne savait pas, moi je savais la raison du tatouage, et c’était très humiliant.

« Hey ! Je viens après avoir pris rendez-vous ! C’était pour un tatouage au niveau du cou de la part de Fuck »

Je ne lui dis pas ce que je veux en espérant qu’elle me le demande pas car j’avais honte, même si au final je savais qu’elle allait forcément me le demander puisqu’elle doit me le tatouer… Mais j’avais trop peur et honte. Je commençais à stresser et je sentis mes cornes et ma queue qui poussait en même temps que je grandissait lentement. Comme quoi y’a pas que la colère qui me fait me transformer.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 4:11

Angel
Chretien

Rika
Amstrong

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé...
L'homme entra dans mon salon et je continuais de lui offrire mon faux sourire qui passait crème. Je l'invitais tout en l'écoutant à s'installer sur le canapé, je ris doucement face à son malaise visible, je voulais le détendre un peu en réalité. Il m'expliqua son projet et je sortis directement une feuille et des pastels me disant que c'était le plus approprié pour son projet. Je m'installais alors à coté de lui l'observant par dessus mes lunettes.

-"Je vais commencer par faire une esquice de ce que j'imagine, vous allez me guider pendant ce temps en m'expliquant pourquoi vous voulez ce tatouage, ce qu'il représente, que je puisse y mettre toute votre volonté monsieur Fuck... oh et ne soyez pas gêné. "

Je le vis hésitant et lui proposa un café, ce qu'il accepta. Je le lui servit alors me prenant une thé à la rose. Je revins m'asseoir à coté de lui, lui laissant le temps de parler. Au fil de ses mots je me mis à dessiner ce qu'il me décrivait, mer perdant dans ses mots. Le laissant me corriger et m'expliquer son histoire. Sans jugement et dans le silence le plus totale je m'appliquais essayant de faire en sort qu'il aille à l'endroit qu'il désire. Ce n'était pas simple ce genre de dessins, il fallait être précis tout en étant spontané. Mais je pouvais le faire. Je m'arrêtais par moment pour boire, pour lui demander plus de détails sur sa relation avec la petite bestiole qu'il me l'a décrive en détail etc. Puis je lui offris trois ébauche, une première plutôt fade que je n'aimais pas trop. La seconde était plus colorée, plus... mouvante. L'on pourrait se perdre dedans. La troisième avait la forme de son compagnon et l'intérieur était fait de miliers de soleil et de constelation. Ceci nous avait prit du temps, beaucoup de temps. Mais ce n'était rien comparé à ce que j'allais lui tatouer. Nous avions encore toute la fin de l'après midi, la soirée, voir même la nuit pour le faire s'il était disponible, car moi je l'étais.

Je me levais alors une fois qu'il eut choisit, je ferais les corrections demandées à même la peau. Je préparais la fin de mon matériel et l'invitais à s'asseoir sur le fauteuil pour le tatouer. Je le plaçais correctement pour avoir accès à sa gorge et à son cou. Je m'assis alors sur mon tabouret, mettant en marche ma machine.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 16:16

Rika

Fuck

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé... !

Je stressais, j’avais la boule au ventre. Je ne savais pas quoi dire, j’avais peur de m’exposer en disant n’importe quoi… Je ressentais la peur, pour la première fois, dans un moment aussi ridicule que celui-ci. Je continuais de me transformer doucement, ce n’étais pas visible, mais la lenteur rendais la douleur plus grande. La douleur ne me gênait pas tellement mais j’avais peur que ça commence à réellement devenir visible. Alors, après qu’elle ait ris un petit peu, surement pour se moquer, je me dis que j’allais devoir lui dire de toute façon à un moment ou à un autre.


« Donc voilà, je souhaiterai faire un tatouage au niveau du coup, qui pourrai partir du dos du cou et qui irai sur le côté gauche pour doucement descendre vers le torse sans pour autant y aller. Enfin, c’est dur à expliquer mais en gros ça ferai le tour du cou pour s’arrêter tout en bas du cou… »


Elle me répondit que c’était faisable mais qu’il fallait bien que je lui dise le concept en lui-même, et non pas seulement l’emplacement. Mais quel boulet ! J’avais oublié de lui dire ! Comme quoi je stress vraiment, et pour un rien en plus…


« Ah oui pardon ! Uhmm… Ce serait une sorte de galaxie emplis d’étoiles brillantes. Un peu comme un ciel étoilé et sans nuages pour cacher la beauté de la lumière émanant des étoiles. »


Puis, après avoir approuvé mon idée, elle me proposa un café que j’acceptai, je ne voulais pas refuser même si je suis pas fan du café. Elle revint, puis me demanda d’expliquer plus en détail et de me laisser aller. De dire tout ce qui me passais par la tête pour représenter ce tatouage et pourquoi j’avais choisi ce tatouage. Elle était parée à faire ses esquisses. Alors je commençai à déblatérer, sans grande gêne. Elle avait réussi à plus ou moins me mettre en confiance, je ne me sentais pas juger pour ce que je demandais, elle avait l’air même d’apprécier ma demande.


« Eh ben en fait, contrairement à mes 2 autres tatouages celui-là est plus intime. Le premier que j’ai fait également avec toi, c’était simplement le contour de mes yeux, je trouvais ça juste classe et c’était à mon arrivée, j’avais pas vraiment de but en tête. Puis le second une croix de saint pierre avec un doigt d’honneur dedans c’était pour exprimer ma rage et ma haine. Enfin… La croix de saint pierre c’est évidement parce que je suis un démon et le doigt d’honneur c’est en même temps pour mon surnom de « Fuck » mais également parce que ce doigt, ce gros Fuck, c’est contre Dieu que je le fait… »

Je lui avais déjà expliqué le pourquoi du comment de mes tatouages, mais je préférais lui rappeler en amorce pour finalement passer au vrai sujet.


« Mais ce dernier tatouage de l’espace remplis d’étoiles c’est pour mon meilleur ami, ma première rencontre dans ce monde… C’est pour Spatium, un Fulgella. Une race assez rare de tigre qui ont des écailles assez spéciales. Elles sont assez douce et souple et surtout leur couleur change lentement et brille. On dirait un ciel rempli d’étoiles, c’est comme si on pouvait regarder ce qui se passe dans l’espace en les regardant… »


Je ne dis plus rien pendant un moment, la laissant dessiner ses croquis de mon futur tatouage. Elle me posait de temps en temps des questions sur la relation que j’avais avec mon Spatium. Je lui décris une relation assez proche, où on vit ensemble et fait tout ensemble et que c’était la première fois depuis 100 ans que je suis sortis sans lui. Puis je fini par lui dire.

« C’est un peu comme une sorte de relation… uhm… Enfin, je sais pas comment dire ça… Mais une sorte de relation père fils… Je veux dire… Je l’ai élevé et je l’ai vu grandir, et c’est moi qui le corrige quand il fait une bêtise, on s’entraide dans les moments difficiles et ont fait tout ensemble… Moi c’est comme ça que je vois notre relation même si ça peut paraître bizarre ! »

Je m’étais lâché, mais il fallait bien que je dise tout pour qu’elle puisse faire un tatouage vraiment ressemblant à ce que je voulais. Je lui faisais confiance, elle était vraiment très douée comme fille. Elle me montra 3 ébauches de tatouages qu’elle avait fait selon mes indications, la première un peu fade et plate qui ne correspondait pas vraiment à ce que je cherchais pour un tatouage d’anniversaire. La seconde était très significative, très belle, j’en étais ému, même si j’essayais de ne rien montrer. Mais c’est la dernière qui m’acheva, c’était Spatium, parfaitement dessiner. Même si elle l’avait déjà vu à mes côtés lors de mes autres tatouages, il était plus jeune… Elle maitrise parfaitement ce qu’elle fait ! J’en avait les larmes aux yeux. Pour la première fois depuis longtemps, une larme coula sur la joue.


« La 3ème est parfaite… »


Je laissai une pause.

« Est-ce que ce serai possible de laisser sa queue faire le tour de mon cou, sans pour autant qu’on ai l’impression qu’il m’étrangle, plus comme une sorte de caresse… Et du coup mettre sa tête en bas de mon cou ? »

Elle me répondit que c’était tout à faire possible et m’indiqua que si j’étais prêt on pouvait commencer. Je m’installai et elle partit chercher le matériel qu’elle avait besoin pour me tatouer. Elle s’assit sur le tabouret et commença le travail.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 20:52

Angel
Chretien

Rika
Amstrong

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé...
J'étais contente d'avoir un peu de technologique pour tatouer, car les anciennes méthode étaient bien plus longue et ardue, et surtout moins précises. Je ne sais pas si je les maitriserais. Quoi qu'il en soit, je le laissais s'installer tout en repensant à tout ce qu'il m'avait dit par rapport à son tatouage, même si l'on pouvait dire que j'étais un mur de glace par moment, son histoire m'avait touchée. Être ami et attaché ainsi à une créature pareil ce n'était pas donné à tout le monde. Il était dur de les dresser en même temps. Mais ils avaient passé leurs vies ensemble... enfin si l'on peut appeler cela une vie. Je l'observais alors s'installer, souriant doucement.

-"Je vous laisse enlever votre haut et je commencerais par dessiner les bases au stylos sur votre peau... enfin j'explique tout ceci, mais vous devez vous souvenir comment je pratique. "

Je le laissais alors se dévêtir et vint me pencher au dessus de lui, gardant le modèle qu'il avait choisit à proximité. Je dessinais directement au stylo sur sa peau afin d'avoir une bonne base et que le tatouage soit parfaitement adapté à ses mouvements et à sa corpulence. Il n'y a rien de plus laid qu'un tatouage qui baille dans tous les senses car le tatoueur n'a pas su le placer correctement. Disons que pour moi ceci est la tâche la plus ardue. Je lui faisais de temps en temps bouger la tête avant de le faire asseoir afiin de dessiner un peu dans son cou. Une fois le dessin fini je pris un miroire pour lui montrer voir si ceci lui convenait. Il allait certainement se tordre dans tous les sens pour tout voir, j'essayais donc de placer le miroire au mieux.

-"Voilà pour le début, j'espère que ceci vous convient... si vous voulez que je change quoi que ce soit n'hésitez pas c'est le moment, je peux encore effacer le stylo... "

J'observais un peu le dessins espérant avoir reproduit la "caresse" de la queue comme il le désirait, même si je n'étais pas très sur de moi. C'est le seul détail que je changerais, mais je voulais que cela vienne de lui, ceci pouvait lui plaire et je pourrais toujours l'améliorer au cas où.

-"Je suis impressionée par votre relation qui est tellement touchante... "

Je baissais un peu les yeux, c'était sortit tout seul, je n'aimais pas m'immicer dans la vie d'autruit et je ne me souvenais pas avoir eux ce genre de relation que ce soit dans cette vie ou l'ancienne. Si j'avais voulu en finir dans l'autre vie c'était qu'il y avait bien eut une raison et ceci me travaillait malgré les siècles passé ici. Je redressais la tête, lui offrant alors un sourire plus franc que d'habitude.

-"Je... je dois avouer que je vous envie un peu... je crois me souvenir avoir eu un animal de compagnie... avant, enfin dans l'autre vie... mais votre relation va au dela de ça et c'est ça qui est magnifique... désolée si je m'avance trop..."

J'étais un peu gênée en réalité, mais j'essayais de ne pas le montrer. Une fois qu'il fut décidé pour les changements, je les appliquais au stylo et l'invitais à s'installer confortablement, la torture allait commencer.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Mai - 17:41

Rika

Fuck

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé... !


J’étais installé pendant que Rika commençait à me dessiner sur la peau avec son stylo. J’étais confiant par rapport à son travail, je voyais bien avec ses croquis et ses précédents travaux qu’elle était extrêmement talentueuse. De plus, elle avait parfaitement représentée ce que je voulais. Pendant le travail je sentais le stylo qui courait sur la peau de mon cou, c’était presque agréable. Elle me fit signe qu’elle avait terminé et elle plaça un miroir pour que je puisse apercevoir le tatouage. Il semblait comme demandé, seul l’enroulement pouvait sembler un peu plus violent que demandé mais ça ne me dérangeais pas. Bien que j’avais demandé une caresse, on ressentait un mouvement sec qui cassais ça, tout en restant gracieux, une sorte de mix entre la puissance de Spatium et sa beauté. Elle me demandait si j’avais envie qu’elle modifie quelque chose, je lui répondu après un temps de réflexion que non, rien n’avais besoin d’être changé.

Puis elle évoqua rapidement ma relation avec Spatium, elle se disait être touchée et impressionné par notre relation. J’étais à la fois étonné et en même temps j’étais ému de pouvoir partagé ma vraie relation avec quelqu’un comme elle. Elle semblait gênée par ce qu’elle venait de dire car elle baissa la tête, comme honteuse. Puis après cela elle m’avoua être envieuse de ma relation, qu’elle aussi croyais avoir eu un animal de compagnie il y a longtemps, puis elle repris sur ma relation avec Spatium en ajoutant qu’elle trouvait ça magnifique qu’on soit plus qu’un maître et un animal. Elle finit par s’excuser de trop s’immiscer dans ma vie privée. J’étais encore plus ému par ce qu’elle me disait, une larme commençait à couler sur ma joue, j’étais fixé et cherchais à comprendre ce qui se passait en moi. Puis j’effaçai d’un coup rapide la goutte sur ma joue et repris la parole.

«  Non, il y a pas de problème… C’est-à-dire que je ne suis pas habitué à parler de ma relation avec Spatium mais ça ne me dérange pas d’en parler avec toi… »


J’étais aussi gêné par ce que je venais de lui dire. Ca insinuait que j’avais une sorte de confiance avec elle, ce qui était plutôt vrai il faut dire. En même temps elle a un caractère et une façon de parler qui inspire à la confiance et à la sérénité.

« Donc si tu veux en parler ou si tu as des questions pour le dessin ou juste par curiosité, tu peux y aller, ça ne me gêne pas ! »


Finalement j’avais réussi à rester confiant dans cette dernière phrase. Puis je me plaçai comme elle m’indiqua pour pouvoir commencer le vrai tatouage.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 0:59

Angel
Chretien

Rika
Amstrong

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé...
Ceci me faisait étrange d'utiliser un stylo pour dessiner, mais en réalité j'étais trop faible pour. Ceci faisait un petit moment que je n'avais pas eux de client et je n'avais pas pu me "nourrire" d'énergie. Grâce à Fuck je pourrais enfin le faire et utiliser un peu plus mes ombres. Puis à mes paroles je vis une petite larme apparaitre, je n'osais pas trop l'observer ou commenter cela. Je préfèrais laisser ce moment intime tel quel. Il n'était pas rare que je partage des moments comme celui-ci avec mes clients les plus sérieux et c'est pour cela que j'appréciais particulièrement Fuck, car il était sincère et osait se dévoiler malgré son statut de démon et d'homme. Et ce qu'il dit par la suite me toucha un peu plus, ça ne le dérangeait pas d'en parler avec moi, je me sentais... comment dire... un peu spéciale et ceci faisait du bien. Spéciale au niveau amitié je vous rassure, pas pour autre chose. Il avait confiance en moi et je le sentais. Alors qu'il me disait une seconde phrase je testais mon matériel qui faisait un petit bruit de vibreur. J'appuyais sur la pédale afin que tout se mette en marche puis je vins appliquer les aiguilles sur sa peau. Il allait ressentir une petite gêne, comme si je lui découpais la peau avec un scalpel.

Mais le connaissant, je savais qu'il n'allait pas s'agiter dans tous les sens et s'exciter sous la douleur comme un petit être douillet. Il allait très bien le suppporter comme les deux autres. Je réfléchissais donc à des questions sur Spatium afin de m'encrer entièrement de son amitié avec son petit animal afin de faire au mieux. Puis quelque chose me vint à l'esprit.

-"Je crois que vous m'aviez racontez votre rencontre... vous l'aviez trouvé à vos début et vous vous êtes tout de suite attaché à lui non? Pourquoi cela? Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous rapprocher de lui? Qu'est-ce qui vous a donné confiance? "

Pour moi c'était l'un des points les plus important d'une relation, la rencontre. L'on dit souvent qu'il ne faut pas s'arrêter sur la première impression, que cela peut-être un préjugé, mais elle peut également être la bonne. Des fois l'on sent quelque chose chez l'autre personne, qui nous donne simplement envie de lui tendre la main. Je m'égard peut-être un peu. Tout en continuant à dessiner les contours de son tatouage, je l'écoute me répondre, me focalisant sur sa voie et non sur les sons que produisent ma machine.  

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Mai - 15:47

Rika

Fuck

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé... !


Rika allait commencer à vraiment inscrire le tatouage sur ma peau. Ma célébration de nos 100 ans allait réellement commençait. J’avais déjà beaucoup parlé de Spatium à Rika, bien que ça ne me dérangeais pas ni de lui confier, ni de lui en dire plus. Je n’ai rien à cacher de ma relation avec Spatium avec Rika. J’arrivais à force à devenir calme et apaisé, c’était l’effet qu’elle arrivait à me procurer. C’était bien la seule que je connaissais qui arrivais à me rendre calme et attentif, et presque émotif… Avec Spatium évidemment, mais lui c’est à part.

Elle commença à planter l’aiguille frénétique dans ma peau. Je ressentais chaque va et viens, mais la joie de penser que cette lame déposait l’encre servant à décorer ma peau de l’image de Spatium me faisait ignorer le peu de douleur. J’étais déjà très peu sensible à la douleur grâce à mes nombreux combats qui m’ont appris à ignorer la douleur. Et puis, les sentiments sont toujours plus forts que la douleur physique.

Elle me posa tout un tas de question auxquelles j’étais plus qu’heureux de répondre. Parler de Spatium me passionne, bien que j’en aie rarement l’occasion… On va dire que je peux lui « parler » directement alors ça me va ! Mais ça me fait toujours plaisir quand Rika me pose des questions sur les choses que j’aime, et on peut dire effectivement que je l’aime Spatium.

« C’est ça, je l’ai trouvé dans les heures qui suivaient mon arrivé. Je n’aime pas être seul, alors je m’étais rapidement mis à la recherche d’un partenaire. Puis je suis tombé sur lui. Il était bien plus petit à l’époque ! Mais il a bien grandis, et je crois qu’il grandit encore d’ailleurs, ça ne doit surement pas être sa taille adulte. Puis au final il était bébé et il n’avait de lien avec personne, surement abandonné par ses parents… S’il en a d’ailleurs ! Je suis même pas sûr que ce soit le cas. Alors je me suis occupé de lui, et je voyais bien qu’il pouvait être dangereux mais avec mon éducation il ne le sera jamais pour moi et ceux que j’aime. La confiance a juste grandis naturellement entre nous deux. Et même si on ne peut pas se parler, on se comprend et on communique comme un esprit à son corps… »

J’étais redevenu émotif. Je ne pleurais pas, pas encore tout du moins. Mais j’étais heureux. J’étais empli de joie. Une joie profonde et intense. La joie de pouvoir enfin dire ce que je ressens et ce que j’ai ressentis à quelqu’un. Comme la confiance avec Spatium, je pense avoir une confiance aveugle à Rika. On pourrai dire que je lui fait seulement confiance car elle ne peut pas me faire de mal, mais ce serai me prend pour un lâche et un enculé. Et même si je suis pas parfait et que je reste un démon drogué, alcoolique, adicte au sexe et aux combats, je suis également un carreau, et je suis quelqu’un de confiance. Si je dis quelque chose, c’est que c’est le cas. Sans aucune raison, je lui dis ce que j’avais sur le cœur.

« Les gens me prennent pour quelqu’un de mauvais. Souvent m’a-t-on critiqué d’être dans les carreaux. Mais ils ne comprennent pas ce que je ressens. Tout ce que je garde au fond de moi. C’est comme si la race de démon emprisonnait certains sentiments et m’obligeait à agir violement et sans réflexion… »


Une larme coula encore une fois… J’étais encore émotif, mais ça ne me gênait pas. J’étais avec Rika et tout comme Spatium, j’avais confiance en elle. Mais bien que j’avais confiance en elle, peut-être qu’elle ne voyait pas les choses de la même façon. Je la dérangeais surement dans son travail et elle n’avait surement rien à faire de mes histoires personnelles. Elle demandait des infos sur Spatium uniquement pour le tatouage et rien d’autre.

« Je suis désolé, je n’aurai pas du. Je vous laisse continuer et je me tais »
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Mai - 5:36

Angel
Chretien

Rika
Amstrong

L'ombre et la Colère sous un ciel étoilé...
Je l'écoutais a lors attentivement, continuant mon travail, enlevant le sang avec une compresse et désinfectant la peau à plusieurs reprise. Sa peau semblait bien accepter le tatouage, ce qui était rassurant. Je continuais alors à former des traits, mes aiguilles s'enfonçant  à un rythme régulier dans sa peau. Il pris alors la parole pour me répondre, je coupais alors la machine qui faisait pas mal de bruit pour l'écouter. Je fus quelque peu surprise par ses révélations... il n'aimait pas être seul alors? Un sourir effleura mes lèvres en l'entendant décrire leur relation. Ceci me touchait énormément. Jamais je n'avais vécu ça, pour la simple et bonne raison que je ne le méritais pas. Je n'étais qu'une suicidée qui n'avait pas respecté la vie. J'allais reprendre le travail, testant la machine qui fit ses bruits habituel, mais il reprit la parole alors je la stoppa à nouveau. J'ouvris grand les yeux en l'entendant, il semblait vraiment en confiance avec moi. Mais pourquoi? Qu'est-ce que j'avais dont de si spécial pour la plupart de mes clients tombent en larmes dans mes bras pour des petites histoires? Bon, là je pouvais comprendre son émotions. Il n'est pas simple d'être seul dans ce monde et peu le supportent réellement. Je ne jugeais donc pas son histoire, au contraire, je l'admirais d'une certaine manière.

A ses dires, je ne pu m'empêcher de venir lui caresser l'épaule, faisant bien attention au tatouage. Je vis une larme couler et je lui offrit alors un sourire des plus tendre, comme un mère le ferait. Pour tout vous dire je le fis sans m'en rendre compte. Je me penchais alors vers lui et lui embrassais doucement le front avant de me reculer et de reprendre ma place. Il s'excusa  mais je secouais la tête comme pour lui dire "non tu n'as pas à le faire". Puis je réfléchis un instant à ma réponse, recommençant le tatouage un petit bout pour ne pas trop perdre le fil. Puis je me stoppais à nouveau, désinfectant la plaie que je créais.

-"J'apprécie les gens comme vous Fuck... vous êtes vrai, vous ne jouez pas un rôle, du moins avec moi. J'aime votre sincèrité et vous comprendre m'aide à comprendre Spatium. Vous êtes lié non? Donc si vous me parlez de vous, c'est comme si vous me parliez de lui. "

Je repris encore un peu mon travail, sans le silence, me concentrant sur les contours, c'était le plus important, poser la base. Si je faisais un trait de travers, le dessin serait gaché et difficille à rattraper.

-"J'aime aussi les gens qui ne viennent pas se tatouer pour rien. Je ne vous explique pas le nombre de personne qui viennent et dise vouloir un symbole quelconque car elles ont vu une autre personne le porter. "

Je me concentrais un peu plus arrivant à une courbre délicate. J'avais presque finit le contour et je passais au plus difficile selon moi, les yeux. S'il n'étaient pas parfait, Spatium aurait l'air complètement débile et ce n'était pas ce que je souhaitais. Je finis enfin ces fichues ligne et l'invitais à se tourner pour que je puisse m'occuper de celle de son cou.

-"Mais ne vous en faites pas, je comprends  qu'il est difficile de se confier ainsi, surtout à quelqu'un que l'on connait à peine. Mais je dois vous avouez quelque chose, je vous apprécie beaucoup. Parmis tous mes clients, vous faites partie de mes préférés."

Je reniflais un peu avant de clore ma phrase en douceur.

-"En réalité je vous admire..."

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The evil world :: Civitas crystallini :: Centre Ville :: Le Lys écarlate-